Mail : abcarton49@gmail.com Telephone : 06 04 04 35 26

Une aide bénévole

Mais aussi, une aide bénévole

Bonsoir je recherche des informations et des documents qui concerne mon cousin Robert normant tué par les Allemands en 1944 il avait 25 ans merci beaucoupIl habitait Plouhinec 29

22 FÉV 2019 À 08:55

Ma réponse; de “Ma généalogie”

NORMAND Robert, Jean, François (écrit parfois NORMANT Robert) Né le 30 juillet 1919 à Plouhinec (Finistère), fusillé le 4 mai 1944 sur les dunes de Poulguen en Penmarch (Finistère) ; résistant au sein des FTPF. Fils de Jean-Corentin Normant, marin, et de Marie-Louise Cogan, ménagère, à la veille de la guerre, Robert Normand fut membre de l’équipe de football de sa commune. Marié le 29 mars 1941 à Enghien-les-Bains (Val-d’Oise) avec Paulette Paicher et père d’un enfant, sympathisant communiste, il diffusa la propagande résistante sous l’occupation allemande, celle du Front Patriotique de la Jeunesse, du FN, et des Jeunesses communistes (JC). Entré aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF), il devint agent de liaison, et participa à un certain nombre d’opérations de la Résistance dans le Cap-Sizun : enlèvement de titres d’alimentation dans les mairies de Plouhinec, Esquibien, Primelin, Cléden, Goulien etc., opérations punitives chez des collaborateurs, récupération de fonds pour faire vivre les réfractaires et maquisards, sabotages, etc. En octobre 1943, Robert Normand accepta de quitter sa femme pour consacrer tout son temps à la Résistance. Il devint l’adjoint d’Yves Le Meur dont il assura régulièrement la protection, et dont il partageait de temps en temps des planques communes à Quimper, ou à Brest, 10 rue du Quartier-maître-Bondon. Au cours de l’hiver 1943-1944, filé à plusieurs reprises par la police, il réussit à semer plusieurs fois ses poursuivants dans Quimper, soit en utilisant une maison à deux entrées, soit à la gare des cars. Mais, alors qu’il avait reçu la consigne de ne plus mettre les pieds ni à Quimper, ni à Plouhinec, et l’avoir suivi un temps, il finit par y reparaître progressivement. En avril, transgressant les consignes impératives de sécurité, qui recommandait de ne jamais écouter une personne qui n’ait pas été formellement présentée par un membre connu de son triangle, il accepta de conduire à Plouhinec deux gars qui lui avaient été présentés par un inconnu comme étant recherché par la Gestapo. Chemin faisant, le car fut arrêté par les Allemands entre Plonéour-Lanvern et Pouldreuzic. Arraché de son siège, battu à coups de pieds et de crosses de fusil, il fut fourré dans une voiture allemande, pendant que les deux soi-disant résistants retournaient paisiblement à Quimper. Il fut abominablement torturé pendant son interrogatoire. Il fut interné à la prison Saint-Charles à Quimper puis fusillé le 4 mai 1944 sur les dunes de Poulguen en Penmarc’h. Lorsqu’à la Libération son cadavre fut exhumé de la fosse commune, il fut retrouvé la bouche cousue de fil de fer. (Voir Yves Bévin.) Il fut reconnu et homologué « Mort pour la France » bataillon FFI, « La Tour d’Auvergne » Il obtint le statut d’Interné Résistant (IR) en juin 1954. La commune de Plouhinec donna à son stade le nom de Robert Normand. Sources SOURCES : DAVCC, Caen, 21P521014. – An disonj ne ket bezo ho eil sebeil, L’oubli ne sera pas leur second linceul, de Mme Yvonne Bouer-Trividic ; souvenirs de Mme Jeanne Le Borgne, épouse d’Albert Trividic. – Rapport d’activité d’Yves Le Meur, archives familiales. – 1918-1945, 1640 militants du Finistère, d’Eugène Kerbaul, Presses de l’imprimerie commerciale de Rennes, 1988. – Pointe de Cornouaille, 1940-1944, chronique d’une région maritime bretonne durant la Seconde Guerre mondiale, de Jean-Jacques Doaré et Alain Le Berre, mars 2006. – État civil. – Site Les Amis de la Résistance du Finistère. Gilles Pichavant

Ma généalogie

Est-ce la bonne personne ?

22 FÉV 2019 À 15:56

Uguen Marie Fleurs

oui merci beaucoup en début de semaine j’aurai plus le temps car j’ai d’autres questions à vous poser si ça ne vous dérange pas ça me tient vraiment à coeur

24 FÉV 2019 À 00:07

Uguen Marie Fleurs

Existe t il des lives ?
Robert Normant est Mon cousin ,Mon papa etait un oncle pour Robert
Ma petite fille fait aussi des recherches elle a été reçu première au lycée saint Louis de chateaulin
Yves le Meur peut on le contacter j aimerai beaucoup de renseignements mais peut être que ça été brûlé , existe t il des photos de sa femme et de son fils
En tous les cas merci beaucoup

9 MAR 2019 À 10:56

Ma généalogie

les livres sont indiqué dans mon message bas de page.

9 MAR 2019 À 23:59

Uguen Marie Fleurs

Merci beaucoup bon weekend

Abonnez-vous & Suivez-nous sur les réseaux sociaux
error

genealogiste.ab.carton 49

Directeur du développement de réseau, je suis animé depuis longtemps par la passion de l’histoire, la grande et la petite. Celle-ci est jalonnée d’anecdotes amusantes,mais aussi marquées aussi par de grandes souffrances que j’ai retracé dans une histoire en généalogie familiale de cinq volumes. En effet, de cette période d’étude historique, je suis arrivé naturellement à la recherche généalogique familiale, en commençant par mon propre arbre généalogique et celui de mes collatéraux. « Explorer son passé c’est comprendre son présent » La majorité de mes recherches familiales remontent au 15e et 16e siècle. Là, j’ai rencontré des vignerons, laboureurs, tanneurs, tisserands, forgerons, soldats, boulangers, échevins, censiers, bourgeois et surprise…un Roi de France, Hugues CAPET qui m’entraine à son tour dans le vaste monde généalogique répertorié par la grande histoire. Toujours animé de cette même passion, j’accompagne par mes services de généalogiste professionnel, ceux qui aspirent à voyager dans le temps.