Mail : abcarton49@gmail.com Telephone : 06 04 04 35 26

Enfants trouvés.

ENFANTS TROUVES, ENFANTS NATURELS

On trouve des registres d’enfants trouvés dans les archives de nombreux hôpitaux. Pour le seul département du Calvados il en existe dans les hôpitaux de Lisieux (hôpital général de 1766 à 1833 et Hôtel-Dieu de 1779 à 1789, d’Orbec (de 1782 à 1804) et de Caen (de 1661 à l’an IV). Certains indiquent ceux qui sont rendus à leurs parents, tels à Bourges le registre GG 538 (1723-1776) : enfants exposés, procès-verbaux états divers des enfants en nourrice et de ceux qui sont reconnus légitimes et rendus à leurs parents. Les registres de déclarations d’enfants naturels sont plus rares. Citons aux archives communales de Chauny (Aisne) le registre GG 20(1767-An V). Les archives de l’ancienne Assistance publique devenue Aide Sociale à l’Enfance sont conservées 7, Rue des Minimes, 75003 Paris, (Service de Documentation et des Archives). Le chercheur y trouvera des dossiers remontant à 1639 ainsi que les registres d’admission et de décès des hôpitaux chargés d’héberger ces enfants à Paris : la Charité (depuis 1702), la Salpêtrière (depuis 1721), Bicêtre (depuis 1725), Vaugirard (depuis 1780), Cochin (depuis 1784) et l’Hôtel-Dieu (depuis 1791). Des extraits sont délivrés par le service, mais sans indiquer les causes de décès. Dans les départements (et Paris est considéré comme un département), c’est la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales (DASS) qui s’occupe des enfants abandonnés, des enfants trouvés, des orphelins et des cas de déchéance totale, de l’autorité parentale et qui seule peut répondre aux demandes de renseignements. L’adresse de la DASS de Paris est 12, Rue de la Collégiale (75005). Ecrire. Ne jamais téléphoner ni venir sur place. C’est la seule adresse où pour Paris les intéressés puissent éventuellement obtenir des renseignements. Dans les départements s’adresser à la DASS du département. Les dossiers ne sont jamais communiqués. Les conditions dans lesquelles l’enfant a été abandonné ne permettent pas toujours de répondre. Pour Paris les dossiers d’avant 1874 ont été versés aux Archives de Paris, quai Henri IV.

Abonnez-vous & Suivez-nous sur les réseaux sociaux
error

genealogiste.ab.carton 49

Directeur du développement de réseau, je suis animé depuis longtemps par la passion de l’histoire, la grande et la petite. Celle-ci est jalonnée d’anecdotes amusantes,mais aussi marquées aussi par de grandes souffrances que j’ai retracé dans une histoire en généalogie familiale de cinq volumes. En effet, de cette période d’étude historique, je suis arrivé naturellement à la recherche généalogique familiale, en commençant par mon propre arbre généalogique et celui de mes collatéraux. « Explorer son passé c’est comprendre son présent » La majorité de mes recherches familiales remontent au 15e et 16e siècle. Là, j’ai rencontré des vignerons, laboureurs, tanneurs, tisserands, forgerons, soldats, boulangers, échevins, censiers, bourgeois et surprise…un Roi de France, Hugues CAPET qui m’entraine à son tour dans le vaste monde généalogique répertorié par la grande histoire. Toujours animé de cette même passion, j’accompagne par mes services de généalogiste professionnel, ceux qui aspirent à voyager dans le temps.