Mail : abcarton49@gmail.com Telephone : 06 04 04 35 26

Enfant abandonné

7 novembre 2021

Enfant abandonné

Retrouver la trace d’un enfant abandonné

Aux XVIIIe — XIXe siècles & XIX et première moitié du XXe siècle.

 

En France, les origines d’une protection de l’enfance institutionnalisée remonteraient à 1638, avec la création de l’hôpital des enfants trouvés dit la « Maison de la Couche », par Saint Vincent de Paul et les Sœurs de la Charité. .

Au XIXe siècle, on délaisse progressivement la charge des enfants trouvés aux mains des religieux en optant pour une stratégie nationale . L’article 3 du décret du 19 janvier 1811 participe probablement à la hausse des abandons, en généralisant les tours sur tout le territoire national (un par chef-lieu d’arrondissement) .

Les tours d’abandons

En Maine-et-Loire, on recense 4 tours en fonctionnement durant la première moitié du XIXe siècle : un à l’hospice d’Angers et un à celui de Saumur (actifs jusqu’en 1852, pour les arrondissements d’Angers, Beaupréau, Segré pour le premier et Saumur pour le second), un troisième à l’hospice de Baugé (jusqu’en 1835) et enfin un quatrième à l’hospice de Beaufort (jusqu’en 1837), ces derniers fonctionnant tous deux pour l’arrondissement de Baugé . La suppression des derniers tours en 1852 tient essentiellement à des raisons financières dues à la multiplication des abandons d’enfants. Ils sont remplacés à cette date par des bureaux d’admission. Sur le territoire français, les tours sont supprimés officiellement par une loi du 27 juin 1904.

Le décret du 19 janvier 1811 a créé plusieurs statuts, en reconnaissant trois catégories d’enfants :

les enfants abandonnés : enfants dont le père et la mère sont connus, mais « en sont délaissés, sans qu’on sache ce que les père et mère sont devenus, ou sans qu’on puisse recourir à eux »  ;

les orphelins pauvres : enfants admis à l’assistance publique, car sans ressource?;

les enfants trouvés (c’est-à-dire « exposés ») : enfants ayant été exposés dans un

 lieu public ou dans un tour d’hospice .

La loi du 24 juillet 1889 crée la catégorie des enfants « moralement abandonnés » lorsque ceux-ci sont négligés ou maltraités par leurs parents. Ils peuvent alors être confiés à l’assistance publique, leurs parents pouvant perdre leurs droits de puissance paternelle.lieu public ou dans un tour d’hospice .

Extrait des sources citées:  Archives départementales du Maine et Loire.

(*) Recherches à partir de 250€

(*) Uniquement en Maine et Loire

(*) Nos tarifs varient en fonction du projet et des frais annexes qu’il engage. Dans ce cas,  ils s’adaptent au budget de notre prospect.

(*) Toute demande fait l’objet d’une étude de faisabilité et d’un devis gratuit.

Nous vous rappelons que dans ses prestations, le généalogiste professionnel, est tenu à une obligation de moyens, dans le processus de recherches, non de résultats.

Alain Bernard CARTON

Mon parcours de l’histoire à la généalogie… Une carrière de cadre supérieur comme directeur en développement de réseau national, et une passion grandissante de l’histoire, la grande et la petite. En effet, de cette période où se mêle l’analyse et l’action, l’étude historique fait partie de mon univers. Naturellement la recherche généalogique familiale, en commençant par mon propre arbre généalogique et celui de mes collatéraux en est le point de départ. “Explorer son passé c’est comprendre son présent” Aujourd’hui, animé de cette même passion, j’accompagne par mes services de généalogiste professionnel, ceux qui aspirent à voyager dans le temps